LITTLE SUE




Obtenteur : KIRK STRAWN 1993. * NEW (limited).

Fleur 8-9 cm, étoilée ; 18-20 pétales lancéolés légèrement récurvés. Spéciale !
Floraison de juin à septembre. Orange carminé aux reflets bronze et cuivre. Plus foncée dès le 2ème jour.
Feuille 10-12 cm, ronde. Dessus vert foncé avec nombreuses taches brunes, dessous plus pâle.
Immersion de 30 à 50 cm. Vigueur moyenne. Pour tout type de bassins et bassins de terrasse.

Dès que j’ai reçu les premiers rhizomes de ce nénuphar, j’ai été déçu. Je me suis dit que je ne tirerais pas grand chose de ces bouts de racines malingres. Erreur. La reprise a été immédiate et les conteneurs rapidement colonisés de racines saines et vigoureuses. Les nénuphars ont vite proliféré et fleuri abondamment dès la première année de culture. Comme quoi, il ne faut jamais se fier aux apparences. N.’Little Sue’ est devenu un de mes "petits" nymphéas préférés pour ses nombreuses qualités, dont l’abondante floraison n’est pas une des moindres.



En un peu plus d’un siècle, au départ d’une dizaine d’espèces et variétés réparties à travers le monde, à peine quelques centaines de nénuphars rustiques sont répertoriés. Nés de l’opiniâtreté d’une poignée d’hybrideurs professionnels ou de la passion d’amateurs avertis, ils constituent les seuls descendants de cette famille de plantes.

Le pionnier hybrideur est incontestablement Joseph Bory Latour-Marliac de Temple-sur -Lot en France. Dès 1870, il révèle au public les tous premiers nénuphars issus de ses croisements. Innovation dans le monde végétal aquatique qui ne connaissait que les quelques spécimens sauvages. Parallèlement et jusqu’à environ 1935, Amos Perry aux Etats-Unis progressait par "sauts de puces" dans ce monde méconnu.

Extrait de: Des Nymphaea nouvelle génération

Maurice LAYDECKER (beau fils de M.LATOUR-MARLIAC), aussi passionné, a, quant à lui, développé des hybrides moins vigoureux issus de N. Alba et et N. Tetragona. Ces derniers forment le groupe Laydeckeri et sont plus recherchés pour la décoration des petits bassins ou des zones de plantation moins profondes (-20 à -50cm).

Extrait de: article 4 - ’LES NENUPHARS D’EXCEPTION’

On peut aussi obtenir dans certains cas de nouveaux sujets, non pas par multiplication sexuée (comme pour les hybrides) mais par bouturages et sélections successifs de jeunes plants présentant des caractères plus affirmés ou sensiblement différents de ceux de la souche mère.

Extrait de: article 6 ’Le nénuphar Roi des bassins’ (suite 2)

Avec le retour du printemps et les premiers beaux jours,le jardin tout entier semble revivre.Les feuilles ont poussé sur arbres et arbustes,les plantes vivaces moins frileuses offrent déja les premières floraisons de la saison.
Les plantes aquatiques palustres regarnissent les zones peu profondes du bassin et le vert reconquiert le site, ponctué de-ci de-là de bouquets de corolles jaune vif ou blanches.

Extrait de: Le nénuphar Roi des bassins (part 1)

Un nénuphar ou une hémérocale au hasard ?

BIBLIOGRAPHIE

(JDA n°38/2007).

De nombreux cultivars ont été présentés et décrits, dont une majorité issus des hybridations (...)

voir extrait

Le nénuphar Roi des bassins (JDA n°5/2000)

Les nénuphars font partie de la famille des Nymphéacées et sont répartis dans le monde entier. **Le (...)

voir extrait

(JDA n° 14/2002)

Avec le retour du printemps et les premiers beaux jours,le jardin tout entier semble (...)

voir extrait