FIRE OPAL




Obtenteur : PERRY D. SLOCUM 1987 (syn. ’PERRY’s FIRE OPAL’).

Fleur 15cm, en coupe double ; 40-50 pétales en forme de cuiller.
Floraison de mi-mai à septembre. Rouge rosé brillant à rose foncé sur la rangée extérieure de pétales.
Feuille 20cm, ronde. Dessus vert, dessous rougeâtre, jeunes feuilles pourprées.
Immersion de 45 à 60cm. Vigueur moyenne à forte (pleine terre). Pour bassins moyens à larges.

Faut-il classer ce nénuphar dans les "roses" ou bien dans les "rouges" ? Dans la première catégorie durant le printemps sans nul doute, mais à l’approche de juillet, il s’enflamme litéralement et prend ses nuance "feu" très particulières et spectaculaires surtout au centre de la corolle. C’est véritablement le point de mire du bassin tout l’été. Extrèmement florifère et vigoureux à souhait sans jamais devenir envahissant il est parmi les préférés de ma collection. Je viens d’acquerir une souche d’une autre origine américaine qui semble présenter une variante de couleur. Il peut s’agir d’une légère mutation du nénuphar original ou d’un sport stabilisé suite à des conditions de culture différentes. L’avenir nous l’apprendra peut-être. C’est là tout le charme de cette passion.


Avec le retour du printemps et les premiers beaux jours,le jardin tout entier semble revivre.Les feuilles ont poussé sur arbres et arbustes,les plantes vivaces moins frileuses offrent déja les premières floraisons de la saison.
Les plantes aquatiques palustres regarnissent les zones peu profondes du bassin et le vert reconquiert le site, ponctué de-ci de-là de bouquets de corolles jaune vif ou blanches.

Extrait de: Le nénuphar Roi des bassins (part 1)

Extrait de: article 4 - ’LES NENUPHARS D’EXCEPTION’


Les nénuphars nommés le sont le plus souvent sous des noms de pépinière, c’est-à-dire non officiels, d’où la difficulté de répertorier leurs origines, leurs parents, leurs caractéristiques et bien entendu leurs obtenteurs.
Seule une personne compétente et tenace pouvait assumer cette tâche.
En 1999, Kit Knotts, secrétaire générale de l’IWGS (International Waterlily and Water Gardening Society) est cette personne.
Rencontrée dans son jardin paradisiaque de Coco Beach en Floride, situé à peine quelques miles au sud de Cap Canaveral, elle me confiait qu’après avoir établi cette liste et l’avoir soumise en 2000 à l’International Society for Horticultural Science (ISHS) elle démissionna de son poste pour fonder la WGI (Water Gardeners Internatinal).
Présidente et secrétaire de cette société, elle continue de recenser la nomenclature et la taxonomie des nénuphars pour les replacer dans une perspective historique.

Extrait de: Des Nymphaea nouvelle génération


Début du 20ème siècle, d’autres variétés sont apparues au Etats-Unis, ces nouveaux cultivars sont dus aux recherches de plusieurs botanistes dont les noms sont arrivés jusqu’à nous par le biais de leurs obtentions : George Richardson (N. tuberosa ’Richardsonii’), Helen Fowler (N. ’Rose Arey’), George H. Pring (N. ’General Perching’) sont de ceux-là.

Les revues et catalogues édités développèrent l’intérêt porté à cette plantes encore assez méconnue à l’époque. La période "d’entre deux guerres" est un creux dans la production des nouveautés, surtout en Europe, où Maurice Laydeker - beau-fils de Latour-Marliac - continuait cependant l’hybridation des nénuphars à faible développement, tels N. Laydeckerii ’Purpurata’ et ’Lilacea’.

Extrait de: DES NYMPHAEA MODERNES

Un nénuphar ou une hémérocale au hasard ?

BIBLIOGRAPHIE

(JDA n°42/2007)

L’hybridation de cette plante aquatique a quelque chose de problématique lié sans doute à son (...)

voir extrait

Le nénuphar Roi des bassins (JDA n°5/2000)

Les nénuphars font partie de la famille des Nymphéacées et sont répartis dans le monde entier. **Le (...)

voir extrait

Photos et texte de Pol Detienne - Editions : Jardins et décors aquatiques

voir extrait