TEXAS DAWN




Obtenteur KENNETH LANDON 1990.

Fleur 12-15 cm, étoilée ; 30-31 pétales allongés et lancéolés. Fleurit une dizaine de centimètres hors de l’eau.
Floraison de juin à septembre. Jaune lumineux, soufré au centre, se teinte de rose dès le 2ème jour durant les mois d’été.
Feuille 22-25 cm, ovale. Dessus vert olive avec taches vertes et brunes, dessous vert pectiné de brun.
Immersion 50 à 80 cm. Vigueur moyenne. Convient pour tout type de bassin.

Ce nénuphar a reçu l’ International Water Lily Society’s 1990 American Award, récompense très convoitée chaque année pour la reconnaissance d’une obtention de grande qualité. Et des qualités, N.’Texas Dawn’ en possède plusieurs, dont sa couleur lumineuse héritée de son parent N.mexicana (pollen). Sa rusticité n’est pas en reste : malgré ses origine texanes (zone climatique 7b à San Angelo), il se développe sans problème des zones climatiques 6 à 10 (Belgique entre zones 7 et 8). Il est florifère dès la première année de culture, que ce soit en conteneur ou en pleine terre.


On peut aussi obtenir dans certains cas de nouveaux sujets, non pas par multiplication sexuée (comme pour les hybrides) mais par bouturages et sélections successifs de jeunes plants présentant des caractères plus affirmés ou sensiblement différents de ceux de la souche mère.

Extrait de: article 6 ’Le nénuphar Roi des bassins’ (suite 2)


D’autres hybrideurs sont à la base de nouveaux nénuphars rustiques. Il est impossible de les nommer tous. Je citerai toutefois Ernest Epple et Fritz Junge pour leurs créations des années 1970, Andreas Protopapas de Chypres et Pairat Songpanich de Thaïlande pour leurs hybrides hors du commun.

Plus récemment, Karl Wachter, Landon, Perry Slocum et Kirk Straw qui ont créés des merveilles aux Etats-Unis.

Extrait de: DES NYMPHAEA MODERNES

Avec le retour du printemps et les premiers beaux jours,le jardin tout entier semble revivre.Les feuilles ont poussé sur arbres et arbustes,les plantes vivaces moins frileuses offrent déja les premières floraisons de la saison.
Les plantes aquatiques palustres regarnissent les zones peu profondes du bassin et le vert reconquiert le site, ponctué de-ci de-là de bouquets de corolles jaune vif ou blanches.

Extrait de: Le nénuphar Roi des bassins (part 1)

Extrait de: article 4 - ’LES NENUPHARS D’EXCEPTION’

Un nénuphar ou une hémérocale au hasard ?

BIBLIOGRAPHIE

(JDA n°43/2008)

Les diversités de couleurs, de formes et d’aspect font de ces plantes un cas presque unique dans (...)

voir extrait

(JDA n°47/2009)

Ces Hemerocallis middendorfii, lilioaspodelus, citrina, fulva, florepleno ou autre ’Franz Hals (...)

voir extrait

Photos et texte de Pol Detienne - Editions : Jardins et décors aquatiques

voir extrait