LILY PONS




Obtenteur : PERRY D. SLOCUM 1996 (syn.’PERRY’S DOUBLE PINK’). *NEW (limited).

Fleur 14-17 cm, en coupe aplatie ; jusqu’à plus de 100 pétales, frisés et enroulés au centre de la fleur.
Floraison de juin à fin septembre. Rose intense et lumineux. Unique !
Feuille 20cm, arrondie. Dessus vert foncé, dessous vert, jeunes feuilles brunâtres.
Immersion de 40 à 70 cm. Vigueur moyenne à forte (pleine terre). Convient pour tout type de bassin.

Nommé par Slocum du nom d’une des plus importantes pépinières de production de nénuphars des Etats-Unis, LILY PONS WATER GARDENS située à Adamstown dans le Maryland, ce nénuphar nous montre, cent ans après N.’Gloire du Temple-Sur-Lot’ de Latour-Marliac, ce que l’on peut appeler un Nymphaea double. Avec plus d’une centaine de pétales, sa corolle d’aspect chrysanthème est un ravissement. Le rose est intense et la fleur s’ouvre avec la même fraîcheur quatre jours de suite. Il pourrait sembler fragile, mais ce n’est pas du tout le cas. Très rustique, il prospère bien chez nous. Il va sans dire qu’il occupe une place de choix dans mon jardin.


Dans ce cas de figure, il ne s’agit pas à proprement parler d’une nouvelle variété (bien que la plante issue de ces sélections présente des différences marquées avec la plante mère), mais d’une amélioration de la variété originelle que l’on appellera "cultivar" pour variété cultivée.

Extrait de: article 6 ’Le nénuphar Roi des bassins’ (suite 2)


Début du 20ème siècle, d’autres variétés sont apparues au Etats-Unis, ces nouveaux cultivars sont dus aux recherches de plusieurs botanistes dont les noms sont arrivés jusqu’à nous par le biais de leurs obtentions : George Richardson (N. tuberosa ’Richardsonii’), Helen Fowler (N. ’Rose Arey’), George H. Pring (N. ’General Perching’) sont de ceux-là.

Les revues et catalogues édités développèrent l’intérêt porté à cette plantes encore assez méconnue à l’époque. La période "d’entre deux guerres" est un creux dans la production des nouveautés, surtout en Europe, où Maurice Laydeker - beau-fils de Latour-Marliac - continuait cependant l’hybridation des nénuphars à faible développement, tels N. Laydeckerii ’Purpurata’ et ’Lilacea’.

Extrait de: DES NYMPHAEA MODERNES

Maurice LAYDECKER (beau fils de M.LATOUR-MARLIAC), aussi passionné, a, quant à lui, développé des hybrides moins vigoureux issus de N. Alba et et N. Tetragona. Ces derniers forment le groupe Laydeckeri et sont plus recherchés pour la décoration des petits bassins ou des zones de plantation moins profondes (-20 à -50cm).

Extrait de: article 4 - ’LES NENUPHARS D’EXCEPTION’


Le changement climatique aidant, nos hivers moins rigoureux et surtout moins longs ont fait que ces hybrides s’adaptent totalement sous nos conditions de culture. La Belgique, jadis en zone climatique 6a (-21°C à -16°C) est désormais reprise en zone 7a et 7b (littoral) avec une moyenne des températures minimales de -12°C.

Extrait de: Des Nymphaea nouvelle génération

Un nénuphar ou une hémérocale au hasard ?

BIBLIOGRAPHIE

Photos et texte de Pol Detienne - Editions : Jardins et décors aquatiques

voir extrait

Multiplication des plantes aquatiques (JDA n°6/2000)

**Le désir de multiplier les plantes est propre à tout amateur de jardin, que ce soit pour (...)

voir extrait

(JDA n°38/2007).

De nombreux cultivars ont été présentés et décrits, dont une majorité issus des hybridations (...)

voir extrait