ESCARBOUCLE




Obtenteur : LATOUR-MARLIAC 1909 (syn. ’AFLAME’).

Fleur 14-18cm, en coupe étoilée large ; 26-28 pétales lancéolés. Sépales veinés de rose.
Floraison de juin à mi-octobre. Rouge rubis lumineux durant toute la saison. Remarquable.
Feuille 25-30cm, ronde. Dessus vert, dessous vert, brunâtre sur les bords, bronze jeunes.
Immersion de 50 à 80cm. Vigueur moyenne. Convient pour bassins moyens et larges.

Voilà un nénuphar rouge qui n’a pas usurpé son appellation américaine ’Aflame’ pour "en feu", ou "en flamme","enflammé"... C’est en effet le plus rouge des nymphéas rouges classiques que je connaisse. C’est aussi le "rouge" rustique le plus polyvalent. Il se comporte bien en toute situation et tout mode de culture.
Les hivers très rigoureux que l’on a connus en 1985 et 1986 ont cependant décimé pas mal de souches en Europe et en Allemagne en particulier où ils étaient abondamment produits. Dès lors, ils sont devenus plus rares. Ce Nymphaea est actuellement multiplié par culture in-vitro pour déservir les jardineries et grands centres de jardinage. Mais ces sujets, s’ils sont semblables aux souches d’antan ont perdu beaucoup de leur vigueur d’origine et de leur faciclité d’adaptation. La multiplication végétative reste la plus fidèle et nous la respectons, mais elle est moins rentable...Hélas.



Dans la seconde moitié du 20ème siècle, les choses évoluent favorablement. En effet, la liste des parents potentiels s’est allongée significativement. Les botanistes, "jardiniers" au sens noble du terme possèdent maintenant des atouts que leurs précurseurs n’avaient point.
Les essais se multiplient, des obtentions nouvelles voient le jour. Perry D. Slocum, à l’œuvre dès l’après-guerre est l’un des obtenteurs les plus productifs de cette période, surtout de 1975 à 1991. En 1989 et 1990, il a enregistré une trentaine de "nouveautés", toutes remarquables, dans des nuances de rouges inconnues jusqu’alors, des grenats foncés presque surréalistes (Perry’s Water Gardens – Caroline du Nord – USA).
Kirk Strawn qui, par ses essais d’hybridations de nénuphars tropicaux avec des nénuphars rustiques, a introduit des nuances subtiles et délicates, des tons pastels que l’on ne connaissait pas auparavant.

Extrait de: Des Nymphaea nouvelle génération

On peut aussi obtenir dans certains cas de nouveaux sujets, non pas par multiplication sexuée (comme pour les hybrides) mais par bouturages et sélections successifs de jeunes plants présentant des caractères plus affirmés ou sensiblement différents de ceux de la souche mère.

Extrait de: article 6 ’Le nénuphar Roi des bassins’ (suite 2)

De nombreux cultivars ont été présentés et décrits, dont une majorité issus des hybridations réalisées par un français, Monsieur Joseph Bory Latour-Marliac. Né en 1830, fils d’une famille de passionnés d’horticulture, il voua très vite un intérêt particulier pour le monde végétal aquatique. Ses premières créations tels Nymphaea x marliacea ’Chromatella’ en 1877 et Nymphaea x marliacea ’Rosea’ en 1879 marquèrent le début d’une production effrénée de près d’une centaine d’hybrides en un peu plus de 20 ans ! La plupart d’entre eux sont toujours à la mode, quelques uns sont oubliés. Ce magicien avait-il un secret pour réussir de telles merveilles avec des moyens somme toute assez limités ? Si cela était le cas, il l’avait bien gardé ce "secret", puisqu’à sa mort en 1911, personne n’avait pu hériter ce mystérieux don qu’il possédait.

Extrait de: DES NYMPHAEA MODERNES

Maurice LAYDECKER (beau fils de M.LATOUR-MARLIAC), aussi passionné, a, quant à lui, développé des hybrides moins vigoureux issus de N. Alba et et N. Tetragona. Ces derniers forment le groupe Laydeckeri et sont plus recherchés pour la décoration des petits bassins ou des zones de plantation moins profondes (-20 à -50cm).

Extrait de: article 4 - ’LES NENUPHARS D’EXCEPTION’

Un nénuphar ou une hémérocale au hasard ?

BIBLIOGRAPHIE

(JDA n°38/2007).

De nombreux cultivars ont été présentés et décrits, dont une majorité issus des hybridations (...)

voir extrait

(JDA n°43/2008)

Les diversités de couleurs, de formes et d’aspect font de ces plantes un cas presque unique dans (...)

voir extrait

(JDA n°42/2007)

L’hybridation de cette plante aquatique a quelque chose de problématique lié sans doute à son (...)

voir extrait