a. La fleur.




On distingue bien les six étamines et le stigmate de la fleur (à gauche). Le stigmate renferme 3 canaux qui relient son extrémité aux ovaires. Le pollen présent sur les étamines doit être déposé à l’extrémité du stigmate pour féconder la fleur. Le grain de pollen émet alors un tube germinatif à l’intérieur du stigmate. Il faut environ 6 heures (1cm par heure) pour que ce tube atteingne la base du stigmate où sont situées 3 poches à ovaires. Le tube germinatif libère alors ses nucleus qui vont féconder les ovules contenus dans les ovaires de la fleur. Si les conditions sont favorables, plusieurs grains de pollen "germeront" et féconderont autant d’ovules qui en 6 à 7 semaines formeront les graines. Celles-ci évoluent dans une cosse divisée en trois compartiments. A maturité la cosse se fendille, laissant apparaître les graines.


Extrait de: article 3 - ’MULTIPLICATION DES PLANTES AQUATIQUES’


Chaque hybrideur renommé, en Floride par exemple, enregistre auprès de l’A.H.S de cinq à une vingtaine de nouveautés par an. Mais ces quelques "merveilles" ont été sélectionnées parmi des milliers, voire des dizaines de milliers de semis.

Dès l’apparition de sa première fleur, un cultivar d’exception se remarque immédiatement. La plante est mise à part, cultivée et multipliée par division végétative. Ses caractéristiques sont observées minutieusement durant trois à cinq ans afin d’en voir l’évolution mais surtout d’en juger la stabilité. Si elle réussi l’examen, elle sera nommée et commercialisée. Les milliers d’autres plantes sont irrémédiablement éliminées. Seul l’un ou l’autre hybride possédant parfois peu de qualités, mais très développées peuvent aussi être conservés. Ceux-là serviront à des essais, soit pour renforcer l’aspect de certaines plantes, soit pour entrouvrir de nouvelles lignées de production. Ce procédé de sélection et d’élimination est indispensable si l’on veut mettre en valeur ce qu’on peut appeler le "dessus du panier".

Extrait de: Hémérocalles Américaines & hybridation ciblée

Un nénuphar ou une hémérocale au hasard ?

BIBLIOGRAPHIE

Le nénuphar Roi des bassins (JDA n°5/2000)

Les nénuphars font partie de la famille des Nymphéacées et sont répartis dans le monde entier. **Le (...)

voir extrait

Les nénuphars d’exception (DJA n°9/2000)

**Développés par Joseph LATOUR-MARLIAC vers les années 1900 des nénuphars dérivés de Nymphaea Alba (...)

voir extrait

(JDA n°38/2007).

De nombreux cultivars ont été présentés et décrits, dont une majorité issus des hybridations (...)

voir extrait